L’huile de poisson

Qu’est-ce que l’huile de poisson ? Pourquoi est-elle importante pour notre organisme ? Quels sont les bienfaits de l’huile de poisson ? Autant de questions que vous vous posez sûrement et auxquelles nous allons répondre ! 

Tout connaître sur l’huile de poisson

Qu’est-ce que l’huile de poisson ? 

L’huile de poisson est une huile très riche en oméga-3. Plus particulièrement, elle contient deux acides gras essentiels qui sont le DHA  (acide docosahexaénoïque) et l’EPA (acide eicosapentaénoïque).

Ces deux acides gras doivent être apportés par notre alimentation, car notre organisme n’est pas capable de les produire en quantités suffisantes. Pour de plus amples informations, consultez l’article « Les Oméga-3 | Bénéfices des acides gras oméga-3 ».

Pourquoi est-elle si importante ?

Les instances de santé recommandent de veiller à un bon approvisionnement journalier de l’organisme en oméga-3. Ainsi, un adulte de plus de 18 ans, homme et femme (hormis les femmes enceintes ou allaitantes), doit consommer 250 mg de DHA+EPA par jour.

Les oméga-3 sont très présents dans les poissons gras tels que le saumon ou la sardine. Il est ainsi conseillé d’en consommer au moins deux fois par semaine. Cependant, plusieurs facteurs tels que le lieu d’habitat, le coût de ces denrées, ou encore les habitudes alimentaires rendent cet objectif parfois difficile à atteindre.

A cet effet, l’huile de poisson est une alternative complémentaire intéressante. 

Sous quelle forme existe-t-elle ?

L’huile de poisson existe à la fois sous forme liquide et sous forme de capsules molles. Ces dernières sont davantage mises en avant. En effet, elles présentent l’intérêt de masquer le goût de poisson et de permettre une meilleure stabilisation de l’huile.

De plus, elles peuvent être faites à partir de matière végétale, et ainsi convenir aux personnes véganes, à condition de les remplir avec une huile extraite d’une microalgue spécifique également très riche en DHA.

Comment obtenir cette huile ?

L’huile de poisson est extraite des résidus de la pêche tels que les arêtes, les têtes, les peaux des poissons, ou encore les poissons non commercialisables directement. Différents procédés d’extractions existent pour obtenir l’huile de poisson.

Il peut s’agir de procédés chimiques, de procédés enzymatiques, de cuisson et pressage, ou encore d’extraction à froid. Pour cette dernière, les acides gras ne sont pas dégradés par la chaleur et il n’y a pas de risques de résidus chimiques au sein du produit final. 

Bienfaits de l’huile de poisson

Contribue à une diminution des risques cardiovasculaires

Le rôle des oméga-3 sur la prévention des maladies coronariennes a fait l’objet de nombreuses études scientifiques. Ainsi, ils contribuent à diminuer le taux de triglycérides, ils aident à prévenir l’inflammation des vaisseaux sanguins et la formation de caillots.

Enfin, ils diminuent de 21% la mortalité due à des maladies cardiovasculaires chez des populations consommant habituellement peu de poisson.

Apporte une aide contre l’anxiété et la dépression

Le DHA est un acide gras présent à hauteur de 10 à 15% au niveau du cerveau. C’est pourquoi plusieurs essais cliniques ont étudié le lien entre le DHA et les troubles de l’humeur.

Ainsi, des personnes diagnostiquées avec de tels troubles ont des taux de DHA sanguin et au niveau du cerveau plus faibles que des personnes en bonne santé. 

Contribue à la santé des yeux

Dans le corps humain les oméga-3, présents en grandes quantités dans l’huile de poisson, sont en quantités importantes au niveau de la rétine.

Même si des études plus approfondies sont encore nécessaires, les oméga-3 aident à diminuer les risques de dégénérescence maculaire liée à l’âge de 38% lors d’une consommation de poisson hebdomadaire supérieur à deux fois. 

Points d’attention concernant l’huile de poisson

Oxydation 

L’oxydation est un phénomène chimique provoqué par le contact de l’aliment avec l’oxygène de l’air, responsable d’une perte de qualité de l’aliment oxydé. Dans le cas de l’huile de poisson, il s’agit d’une réaction entre l’oxygène et les acides gras.

Les oméga-3  sont particulièrement sensibles à ce phénomène naturel.  Lors de cette réaction, l’huile va changer de couleur, d’odeur, et de texture : on parlera d’huile rance. De même, l’intérêt nutritionnel va être perdu. 

Qualité de l’huile 

Toutes les huiles de poisson ne se valent pas. En effet, la pollution marine est une problématique à considérer. De nombreux métaux lourds tels que le mercure ou le plomb se retrouvent dans les mers. Ils vont ensuite s’accumuler dans les tissus gras des poissons. 

Il est ainsi important de veiller à sélectionner des huiles de poisson provenant de poisson du début des chaînes trophiques, qui seront ainsi moins pollués. Des méthodes de purification permettent aussi de limiter la présence de polluants.

De même, afin de préserver la biodiversité marine, il faut sélectionner des huiles provenant de poissons issus de programmes de pêche encadrés et durables. Enfin, un dernier paramètre à considérer est la quantité d’oméga-3 présente dans l’huile.  

Allergie

Le poisson figure parmi la liste des 14 allergènes alimentaires majeurs. Ainsi, pour les personnes souffrant d’une allergie au poisson, il est important de ne pas consommer d’huile de poisson.

Références

  • AFPRAL, Liste des 14 allergènes alimentaires majeurs, Association Française pour la prévention des allergies, https://allergies.afpral.fr/allergie, consulté le 21/12/20 
  • Chong et al., Dietary ω-3 Fatty Acid and Fish Intake in the Primary Prevention of Age-Related Macular Degeneration, Archives of Ophthalmology, 2008
  • Jacobson, Beyond Lipids: The Role of Omega-3 Fatty Acids from Fish Oil in the Prevention of Coronary Heart Disease, Current Atherosclerosis Reports, 2007
  • Larrieu et al., Food for Mood: Relevance of Nutritional Omega-3 Fatty Acids for Depression and Anxiety, Frontiers in Physiology, 2018
  • McNamara et al., Selective deficits in the omega-3 fatty acid docosahexaenoic acid in the postmortem orbitofrontal cortex of patients with major depressive disorder, Biology Psychiatry, 2007
  • Parletta et al., People with schizophrenia and depression have a low omega-3 index, Prostaglandins, leukotrienes and essential fatty acids, 2016
Panier
Retour haut de page