Les compléments alimentaires, entre mythe et réalité

Les compléments alimentaires n’ont pas toujours bonne presse, mais pourtant ils vous aident à parfaire vos réserves nutritives dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. Et même si une alimentation variée est la clef d’une bonne santé, notre mode de vie et notre patrimoine génétique déterminent aussi notre santé générale et nos besoins nutritifs. De plus, la vie réserve son lot de surprises entrainant des changements dans notre fonctionnement quotidien. Dès lors, une cure temporaire de compléments alimentaires prend tout son sens. Leurs intérêts augmentent dans le cadre de régime spécifique comme le régime végétalien où certaines vitamines comme la B12 vont manquer.

Quel est l’intérêt des compléments alimentaires ?

Quel rôle jouent les compléments alimentaires pour notre organisme ?

Tout d’abord, il est important de souligner et de rappeler que l’alimentation est un réservoir de nutriments exceptionnels. Qu’il s’agisse de vitamines, de minéraux, de fibres, ou encore d’acides aminés, tous ces éléments vont constituer le carburant de l’organisme.  Ainsi, il est recommandé d’adopter une alimentation saine et équilibrée pour fournir à notre organisme toutes les briques dont il a besoin pour son fonctionnement. Plus l’alimentation quotidienne sera variée, plus les besoins nutritifs du corps seront correctement couverts. Il n’est pas toujours aisé d’adopter une alimentation parfaitement équilibrée. Le manque de temps, la méconnaissance du contenu nutritif des ingrédients ou encore des talents de cuisinier peu performants, autant de critères qui expliquent des apports nutritifs non optimaux. Les compléments alimentaires sont ainsi des alliés pour que les réserves nutritives passent de bonnes à très bonnes et que le corps fonctionne à son plein potentiel. De plus, certains régimes alimentaires ou phases de vie nécessitent une plus grande attention. Ainsi, dans le cadre d’un régime végétarien, la vitamine B12 va manquer, car cette dernière ne provient que de sources animales. De même, lors de la grossesse certains nutriments vont être nécessaires en quantités plus importantes. C’est par exemple le cas de la vitamine B9, essentielle en pré-grossesse et lors du 1er trimestre pour le développement du système nerveux du fœtus.

Combien de temps faut-il prendre des compléments alimentaires ?

Il est intéressant de s’interroger sur le sens des mots « complément alimentaire ». Comme le nom l’indique, les compléments alimentaires sont là pour compléter l’alimentation et ainsi palier à d’éventuels déficits. Ainsi, ils ne peuvent pas se suffire à eux-mêmes et ne remplacent donc pas l’alimentation. Ces suppléments vont aider l’organisme à faire face à un déficit transitoire par exemple lorsque notre organisme s’adapte au changement de saison ou lors d’une fatigue passagère. Une cure de compléments alimentaires doit donc être faite sur une période déterminée. Les cures de vitamines ne sont qu’un support et non une base alimentaire. Il n’est pas recommandé de prendre des vitamines quotidiennement sur de longues durées sans un avis médical. Il est également conseillé de ne pas excéder des cures de 3 mois sauf avis médical contraire. En effet, il faut veiller à ce que le corps ne s’habitue pas à être supplémenté. Ainsi, après 3 mois de cure, il est important de respecter une pause de 2 à 3 mois avant de débuter une nouvelle cure.

Quels critères pour choisir son complément alimentaire ?

Chaque individu est unique et à des besoins qui lui sont propres. En dehors de symptômes ou de pathologies nécessitant la prise en charge par un professionnel de la santé, il faut toujours opter pour des dosages physiologiques non nocifs pour votre santé. En ce sens, veillez à suivre les dosages journaliers préconisés par le fabriquant. Sauf avis médical contraire, mélanger plusieurs compléments alimentaires n’est pas optimal. En effet, des risques de surdosages peuvent survenir et avoir des conséquences néfastes pour l’organisme. De même, il est important de savoir que toutes les formes de vitamines et de minéraux ne se valent pas. Les fabricants sont libres de choisir des formes synthétiques, naturelles, biologiques,… De plus, les nutriments ont des formes plus ou moins assimilables par l’organisme : il s’agit de la biodisponibilité. Une biodisponibilité élevée signifie que le corps assimile réellement les composés. Dans le cas contraire (faible biodisponibilité), les composés sont majoritairement rejetés dans les urines et n’ont que très peu d’impact sur l’organisme.

Comment le cadre législatif assure-t-il la sureté du consommateur ?

Le marché des compléments alimentaires est très dense et il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. En Europe, et tout particulièrement en Belgique, un cadre législatif strict permet de protéger le consommateur.

La teneur des nutriments

Les emballages des compléments alimentaires doivent présenter le tableau nutritionnel , c’est-à-dire le nom des vitamines, minéraux, plantes et autre actifs utilisés, ainsi que les quantités et le pourcentage des apports recommandés (uniquement pour les vitamines et minéraux).

La liste des ingrédients

La liste des ingrédients utilisés doit figurer sur l’emballage. Les ingrédients sont rangés dans l’ordre décroissant suivant les quantités mises en œuvre. Le nom et l’espèce des plantes doit être clairement indiqué de même que les formes de vitamines et minéraux utilisés.

La dénomination « complément alimentaire »

La mention « complément alimentaire » doit être clairement indiquée sur l’emballage. Dans le même temps, il est strictement interdit d’inscrire des allégations préventive ou curatives, c’est-à-dire des messages laissant à penser que le produit va soigner un maux.

Des avertissements pour une bonne utilisation du produit

Il est nécessaire d’avoir un avertissement concernant le dépassement de l’apport journalier tout comme une mention demandant de tenir le produit hors de portée des enfants. Enfin, comme évoqué précédemment, il faut préciser que les compléments alimentaires ne se substituent pas à une alimentation variée.

Le numéro NUT

Il s’agit d’un numéro d’identification belge attribué par le service public fédéral de la santé publique, sécurité de la chaine alimentaire et environnement. Ce numéro garantit que le produit respecte toutes les réglementations belges. Ces numéros sont toujours présentés sous la forme suivante : NUT/ASXXX/XXX ou NUT/PLXXX/XXX. L’indicateur AS signifie « autres substances » et PL « plantes » selon ce que contient le produit.  Si ce dernier ne contient que des vitamines et minéraux, ce sera NUT XXXX.

Résumé

Les compléments alimentaires ne sont pas obligatoire. Ils constituent cependant des alliés pour permettre à l’organisme de fonctionner à son plein potentiel. Ils vont permettre de compléter une alimentation variée et équilibrée. Tous les compléments alimentaires ne se valent pas et il est important de lire correctement les emballages pour vérifier que le produit mentionne les éléments obligatoire en Europe. De ce fait, pour des achats en ligne, veillez à aller sur les sites de confiance ou de la marque des produits.
impbanner1

Messages clés à retenir

  • Les compléments alimentaires complètent l’alimentation
  • L’alimentation doit être la plus variée et équilibrée possible
  • Une cure de complément alimentaire ne doit pas dépasser les 3 mois (saut avis médical contraire)
  • Attendez 2 à 3 mois entre deux cures de compléments alimentaires
  • Vérifiez que l’emballage respecte le cadre législatif en vigueur (tableau nutritionnel, dosages, n° NUT,…)

Références :

Roussel Michel, Le guide pratique des vitamines, Alpen editions, 2005 Be-supp, Conseils pratiques : les 7 commandements de la micronutrition
Panier
Retour haut de page