L’allaitement, un apport nutritif de qualité remarquable pour les enfants

Vous rêvez pour votre bébé de repas prêts à chaque instant, avec une composition nutritionnelle exemplaire sans devoir payer le moindre centime … Voici les secrets et promesses du lait maternel !

Petit tour d’horizon sur l’allaitement

Quelques chiffres sur l’allaitement

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « Plus de 820 000 vies d’enfants de moins de 5 ans pourraient être sauvés chaque année si tous les enfants de 0 à 23 mois étaient nourris au sein de manières optimales. »

Cette statistique reflète l’importance et les bienfaits de l’allaitement. Au niveau mondial, un consensus existe pour insister sur l’importance d’encourager les mères à allaiter leurs enfants plutôt que de se tourner vers des laits industriels. Ainsi, l’OMS recommande un allaitement maternel exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant.

En Belgique, les enfants nés entre 2005 et 2011 ont en moyenne été nourris exclusivement au sein pendant 11 semaines. A la naissance, le taux d’allaitement maternel exclusif approche 78%. Après 12 semaines, il diminue à 52%.

Est-ce que toutes les femmes produisent suffisamment de lait et peuvent allaiter ?

De nombreuses recherches scientifiques montrent que l’allaitement maternel doit indéniablement être favorisé pour le bien-être nutritif et psychologique de l’enfant. Toutes les femmes qui le désirent peuvent allaiter de manière exclusive leur(s) enfant(s).En effet, la nature fait bien les choses, et ainsi, le lait maternel s’adapte naturellement aux besoins de ou des enfants.

Une maman peut et doit avoir confiance dans sa capacité à nourrir, de par son lait, son enfant. En effet, les études montrent que les glandes mammaires produisent naturellement plus de lait que ce dont l’enfant a besoin pour sa croissance. Ainsi, même lors d’une grossesse multiple, la décision d’allaiter ses jumeaux s’envisage pleinement puisque la production de lait maternel va naturellement augmenter pour s’adapter à une demande plus conséquente. De même, des études démontrent que les capacités de stockage du lait au niveau des seins s’adaptent en fonction de la demande du nourrisson.

Quelle est la composition du lait maternel ?

Une composition en constante évolution

La composition du lait maternel garantit une grande richesse et une complexité. Ceci explique pourquoi un lait industriel ne peut pas rivaliser. Au-delà de la composition nutritive, la composition du lait maternel évolue au cours des semaines d’allaitement, mais aussi au cours d’une journée d’une tétée à l’autre. Ces mécanismes d’adaptation aux besoins de l’enfant ne peuvent être reproduits avec des produits standardisés comme les laits industriels.

Lors des 3 premiers jours, le lait maternel se nomme le « colostrum ». Ces apports énergétiques sont plus faibles, il contient moins de matière grasse, mais plus de cellules immunocompétentes. Ce premier lait apporte une protection au nouveau-né, particulièrement vulnérable aux infections lors de ses premiers jours.

En moins d’une semaine, le lait dit « mature » remplace le colostrum. À noter que des variations alimentaires de la maman peuvent influencer la composition du lait maternel par exemple concernant les teneurs en vitamines ou encore en minéraux comme l’iode ou le sélénium.

La supplémentation chez l’enfant nourri au sein

Les apports en fer

Le lait maternel reste connu pour son taux de fer faible. Cependant, des études mettent en évidence que le fer présent dans le lait maternel bénéficie d’une meilleure biodisponibilité qu’un fer présent dans du lait de vache. Cela signifie que le fer présent dans le lait maternel va plus facilement rejoindre le sang et agir sur l’organisme. D’après l’OMS, après les 6 mois de l’enfant, une diversification alimentaire en complément d’un allaitement maternel permet d’apporter suffisamment de fer aux enfants. Si l’enfant né avec un faible poids à la naissance ou de façon prématurée, un risque d’anémie demeure important.

Les apports en vitamines K1 & D

A la naissance, les professionnels conseillent pour l’ensemble des enfants de recevoir un apport de vitamine K1. En effet, des réserves insuffisantes conduisent à un risque de maladie hémorragique du nouveau-né. Pour les enfants nourris par allaitement maternel exclusif, cet apport de vitamine K1 doit être maintenu pendant tout l’allaitement. De même, une supplémentation en vitamine D peut être recommandée pour les enfants allaités au sein. Veillez à toujours vous référer aux recommandations du personnel médical encadrant votre grossesse.

L’alimentation de la maman pendant l’allaitement

Comme à tout moment, l’alimentation de la maman doit être la plus variée et la plus équilibrée possible. L’allaitement maternel n’implique pas une alimentation spécifique. Néanmoins, les apports en lipides doivent être de qualité, car ils déterminent les teneurs en oméga 6 et en oméga 3 du lait maternel.

Les lipides vont permettre le développement des capacités neurosensorielles chez le nourrisson. Cependant, la fabrication de lait maternel reste relativement stable dès lors que la maman mange de manière équilibrée.

De plus, opter pour une alimentation variée permet également à l’enfant de se familiariser avec les odeurs et les goûts. Ainsi, l’enfant se familiarise dès son plus jeune âge avec de nombreux aliments ce qui facilite le passage à la diversification alimentaire.

Résumé

Le lait maternel représente une richesse nutritive et naturelle dont il serait dommage de ne pas bénéficier. Toutes les femmes peuvent allaiter leur enfant si elle le désire. En effet, le processus de lactation s’enclenche naturellement dès l’expulsion du placenta lors de l’accouchement. La composition du lait maternel s’adapte en fonction des besoins de l’enfant. De nombreux professionnels de la santé accompagnent les femmes pour que leur allaitement se passe dans les meilleures conditions.
impbanner1

Messages clés à retenir

  • L’organisation mondiale de la santé recommande un allaitement maternel exclusif jusqu’aux 6 mois de l’enfant.
  • L’allaitement maternel favorise le bien-être nutritif et psychologique de l’enfant
  • La composition du lait maternel évolue au cours de l’allaitement en fonction des besoins de l’enfant
  • La diversification alimentaire après les 6 mois de l’enfant permet d’apporter les nutriments manquants comme le fer

Références :

Lebacq T. Allaitement maternel exclusif. Dans : Lebacq T, Teppers E (éd.). Enquête de consommation alimentaire 2014-2015. Rapport 1. WIV-ISP, Bruxelles, 2015.

Programme national nutrition santé, Allaitement maternel : les bénéfices pour la santé de l’enfant et de sa mère, 2005

Office de la Naissance et de l’Enfance, L’allaitement maternel, guide à l’usage des professionnels de la santé, 2020

Panier
Retour haut de page